Fiche d’information #16a) et 16b) Consultation proactive et promotion conjointe des droits de la personne

Niveau 3

Élément : Communications et consultations 

Résultat 16 : Les employés, les associations d’employés et les syndicats s’emploient activement à promouvoir les principes des droits de la personne.

Indicateurs :

16a) Les employés, les associations d’employés, les syndicats et la gestion apportent leur collaboration ou leur soutien aux communications sur les principes ou les initiatives touchant la lutte contre la discrimination, l’équité en matière d’emploi et le règlement des différends.

16b) Les employés, les associations d’employés, les syndicats et la gestion apportent leur collaboration ou leur soutien à la formation sur les droits de la personne.

Mesures possibles et sources de données 

  • Annonce d’initiatives conjointes (par exemple, formation).
  • Comptes rendus de réunions portant sur la conception et la mise en œuvre d’initiatives reliées à la lutte contre la discrimination, l’équité en matière d’emploi et la gestion informelle des conflits.
  • Message de soutien de la part des associations d’employés et des syndicats en ce qui a trait à la formation portant sur les droits de la personne dans l’organisation.
  • Conception et prestation conjointes de la formation par les employés, les employés, les associations d’employés et les syndicats et la direction.

Description de l’indicateur

Au niveau 3 du Modèle du maturité pour les droits de la personne (le Modèle), les consultations sont proactives et portent sur tous les aspects des droits de la personne. La direction, les employés, les syndicats et les associations d’employés y participent. L’organisation fait la promotion des principes des droits de la personne dans le milieu de travail et dans les secteurs responsables de la prestation des services (s’il y a lieu), et ce, de manière active et cohérente.

Les syndicats, les employés et les associations d’employés ont un rôle de leadership à jouer pour créer un esprit de collaboration et de coopération entre eux-mêmes et la direction. À ce niveau, la responsabilité de la réussite des programmes liés aux droits de la personne n’incombe pas uniquement au secteur des ressources humaines mais à toutes les unités opérationnelles de l’organisation.

Les initiatives conjointes sont conçues et mises en œuvre par les syndicats, les employés et les associations d’employés, en collaboration avec la direction. Pour organiser des initiatives conjointes dans votre organisation, il est utile d’avoir une stratégie de communication et de tenir des consultations avec les groupes identifiés. Les initiatives et les consultations peuvent être mentionnées dans les comptes rendus de réunions pour démontrer l’engagement à instaurer une culture des droits de la personne dans un esprit de collaboration.

Dans de nombreuses organisations, les employés ne sont pas syndiqués; ils sont plutôt représentés par des organisations d’employés. Il est donc recommandé que les organisations tiennent compte des associations d’employés, en plus des employés qui ne sont représentés ni par un syndicat ni par une association d’employés. Par exemple, la formation commune sur les questions relatives aux droits de la personne permet aux personnes de se perfectionner et de se donner des outils dans un environnement où on encourage la communication ouverte et la libre circulation de l’information et où il est possible de collaborer.

Méthode suggérée

  • Le Modèle encourage les organisations à travailler en collaboration avec les employés, les syndicats et les associations d’employés, dans le but de favoriser et de créer une culture des droits de la personne dans le milieu de travail et d’offrir des possibilités de formation appropriée. On recommande aux organisations d’appliquer les critères suivants :
    • Déterminer les possibilités de partenariat avec les syndicats, les associations d’employés et les employés.
    • Évaluer les besoins en matière de formation et en discuter avec les syndicats, les associations d’employés et les employés.
    • Collaborer à l’élaboration d’un plan de formation répondant aux besoins de tous les groupes qui soit réaliste, viable et qui prévoit des mesures d’adaptation appropriées pour les personnes qui auraient besoin de méthodes de formation particulières.
  • Étant donné que les employés ne sont pas toujours syndiqués, il est aussi recommandé que, au niveau 3 du Mddèle, les organisations incluent les associations d’employés et les employés lorsqu’elles mettent en place des programmes de formation ou d’autres initiatives liés aux droits de la personne ou à l’équité en matière d’emploi. Cela permettrait  une meilleure collaboration et un soutien accru de la part des syndicats, des associations d’employés et de leurs membres.
  • Grâce au soutien des syndicats, associations d’employés et employés, les  organisations pourront concevoir de nouvelles initiatives de formation et améliorer les pratiques et les politiques, ce qui permettra d’éliminer les obstacles. Ces initiatives de formation devraient être conçues expressément en fonction des besoins des employés, de façon à maximiser les ressources disponibles.
  • La mise en œuvre d’initiatives conjointes au sein d’une organisation peut se faire en utilisant une stratégie de communication et en consultant les employés, les syndicats et les associations d’employés (voir la fiche d’information #15a)) pour avoir des renseignements sur la communication proactive). Par exemple, une stratégie de communication efficace pourrait comprendre des annonces, des messages de soutien, envoyés conjointement par l’organisation et les associations d’employés ou les syndicats.
  • Les organisations pourraient aussi organiser des événements pour faire connaître leurs initiatives conjointes et faire état de celles-ci dans leur rapport annuel. De cette façon, l’organisation démontrera son  intention de maintenir une culture des droits de la personne dans son milieu de travail.

Pratiques prometteuses

  • Participation des syndicats/associations d’employés et de la direction de l’organisation à un programme d’apprentissage mixte (PAM). Les objectifs d’un tel programme sont d'améliorer les relations de travail et de faire mieux comprendre le rôle des syndicats/associations d’employés et de la direction dans le milieu de travail. [1] Cela peut aider une organisation à atteindre le niveau 3 du Modèle, étant donné la nature coopérative et consultative de ce programme.
  • Participation à des programmes de partenariat syndical-patronal qui octroient des fonds aux syndicats ou aux associations/organisations d’employés pour réaliser des projets. Ceux-ci « doivent mettre en valeur les pratiques novatrices en milieu de travail et les approches collaboratives en vue de bâtir et de maintenir des relations de travail constructives ». [2]
  • Co-parrainage d’activités de sensibilisation auxquelles participent les employés, les syndicats et des Organisations Non Gouvernementales (ONG) afin de promouvoir la diversité et de manifester l’importance attachée aux droits de la personne dans le milieu de travail.
  • L’Organisation internationale du Travail (OIT) a également conçu un outil qui décrit les éléments fondamentaux d’un partenariat syndical-patronal. L’OIT souligne qu’un partenariat doit comprendre les éléments suivants pour être fructueux et maintenir une culture propice en milieu de travail :
    • Environnement dans lequel tous les employés sont respectés et valorisés;
    • Propension à partager le pouvoir;
    • Mise en commun de l’information de manière ouverte et franche;
    • Processus décisionnel conjoint et entente établie par consensus;
    • Coopération;
    • Problèmes détectés et résolus conjointement. [3]

Outils et liens utiles

Partenariats stratégiques avec le Programme d’apprentissage mixte

Programme de partenariat syndical-patronal - Ressources humaines et Développement des compétences Canada

The "Nuts and Bolts" of Labour Management Partnership – International Labour Organization (Disponible en anglais seulement)

 

Date modified: