Fiche d’information #28a) Participation des partenaires à des initiatives

Niveau 4

Élément : Harmonisation des politiques et procédures

Résultat 28: L’organisation recourt à des partenariats pour améliorer ses pratiques relatives aux droits de la personne.

Indicateur 28a) : Des partenaires participent à des initiatives liées aux droits de la personne. L’organisation fait la promotion des pratiques prometteuses en matière de droits de la personne auprès de ses partenaires.

Mesures possibles et sources de données :

  • Programmes ou partenariats documentés.
  • Consultations documentées avec les partenaires sur des défis particuliers et pour la mise en œuvre d’initiatives relatives aux droits de la personne. 
  • Consultations documentées avec les partenaires pour évaluer et cerner les répercussions sur les droits de la personne. Correspondance et communications avec les partenaires au sujet des pratiques relatives aux droits de la personne.
  • Procès-verbal des réunions avec les partenaires sur la communication des pratiques prometteuses.
  • Promotion de l’utilisation du Modèle de maturité pour les droits de la personne auprès des clients et des partenaires. 

Description de l’indicateur

Les organisations, peu importe leur taille, ont la possibilité d’apprendre les unes des autres et de se soutenir dans leur lutte contre la discrimination. Les initiatives auxquelles une organisation peut participer avec un partenaire visent le respect des principes liés aux droits de la personne par les deux entités. Pour ce faire, il faut faire participer vos partenaires à l’établissement de politiques et de programmes. Une fois que les pratiques prometteuses relatives aux droits de la personne ont été identifiées au sein d’une organisation, le partage de ces pratiques avec d’autres partenaires peut avoir une incidence positive sur les intervenants aussi bien internes qu’externes.

Au niveau 3, toutes les politiques internes tiennent compte des droits de la personne, lorsqu’il y a lieu. Au niveau 4, des partenariats sont formés pour l’avancement des droits de la personne dans le milieu de travail ainsi que dans la prestation des services. Les partenariats feront en sorte que l’ensemble du travail de l’organisation et de ses partenaires est aussi inclusif que possible.

Un exemple d’un tel partenariat s’est produit dans le secteur bancaire lorsqu’une banque a invité des personnes ayant différentes déficiences à évaluer l’accessibilité de services dans diverses succursales. Le groupe a évalué les portes, l’éclairage, la signalisation et les guichets automatiques. Des représentants de la banque suivaient le groupe et prenaient des notes. Les ajustements nécessaires, qui ont été apportés, ont permis aux personnes ayant des déficiences d’avoir un meilleur accès.

Approche suggérée

Voici des points à examiner au moment de l’élaboration de votre stratégie :

  • Établissez le contact avec les organisations communautaires : L’organisation peut conclure un partenariat avec d’autres organisations non gouvernementales et d’autres intervenants représentant les quatre groupes désignés dans la Loi sur l’équité en matière d’emploi, afin d’élaborer un mécanisme ou un programme qui renforcerait la capacité de l’organisation d’offrir ses services aux membres des groupes désignés et aux membres d’autres groupes défavorisés. [1]
  • Sollicitez la participation de vos partenaires et fournisseurs : Des partenariats peuvent être créés pour obtenir des commentaires généraux sur le changement ou pour recueillir des idées pour l’élaboration de futures politiques relatives aux droits de la personne. Certains sont créés dans le but de contribuer aux activités d’une collectivité ou d’une organisation communautaire, qui nécessitent la rétroaction de tous les intervenants participant à ses activités. D’autres partenariats peuvent permettre de déterminer l’orientation stratégique d’un produit ou d’un service, ou de collaborer à des initiatives particulières liées aux droits de la personne. Peu importe le type de partenariat, une organisation de niveau 4 travaille de concert avec ses partenaires et fournisseurs pour obtenir des résultats.
  • Définissez une pratique prometteuse en matière de droits de la personne : Pour partager ses pratiques prometteuses, une organisation doit savoir ce qu’est une pratique prometteuse en matière de droits de la personne. Une pratique prometteuse est une initiative essentiellement efficace, efficiente et pertinente. En d’autres mots, elle fonctionne, exige peu de temps et d’argent, et, surtout, elle permet de régler des problèmes liés aux droits de la personne. Vous pouvez choisir d’examiner d’autres critères lorsque vous évaluez vos propres pratiques prometteuses, comme leur viabilité, le chevauchement avec d’autres pratiques et l’incitation à la participation des intervenants. [2]
  • N’oubliez pas que les pratiques exemplaires ont trait au partage des connaissances : En règle générale, quatre types de connaissances sont échangés: 
    • Connaissances professionnelles - Il s’agit du talent combiné aux études et à l’expérience exigée des personnes liées à la pratique exemplaire. Le partage de cette information est essentiel pour une organisation qui veut reproduire une pratique exemplaire.
    • Connaissances relatives à la coordination - C’est le processus, les règles, les normes et les activités courantes qui ont été suivis pendant l’application de la pratique exemplaire. Ces connaissances guident les partenaires dans les étapes critiques à suivre.
    • Connaissances axées sur les objets - C’est l’application concrète de votre pratique exemplaire. En sachant comment mettre en œuvre la pratique exemplaire ainsi que des concepts précis liés aux droits de la personne, les partenaires peuvent commencer à voir les points communs, les possibilités et les options.
    • Connaissances reliées aux leçons apprises - Elles permettent à un partenaire de savoir qui pourrait être en mesure d’aider à résoudre certains problèmes.

Les quatre types de connaissances sont nécessaires pour décrire une pratique exemplaire. Une organisation a besoin de connaissances professionnelles pour accomplir ses activités, de connaissances relatives à la coordination pour mettre en œuvre une pratique exemplaire, de connaissances axées sur les objets pour ne pas réinventer la roue et de connaissances reliées aux leçons apprises de manière à pouvoir régler les problèmes et à faire connaître les défis et les réussites. [3

  • Partagez vos pratiques prometteuses liées aux droits de la personne avec vos partenaires (et vice-versa) : Le partage des pratiques exemplaires est profitable pour une organisation : réduction du double emploi, amélioration des processus, économies de coûts, bien-être des employés et engagement accru des partenaires. Vous pouvez partager vos pratiques prometteuses à l’aide de communautés de pratique, de comités, de wikis ou d’autres sites Web interactifs, de programmes de formation conjoints, de groupes de travail, etc.

Pratiques prometteuses

  • Faites part de vos expériences avec le Modèle de maturité pour les droits de la personne (le Modèle) : De nombreux employeurs sous réglementation fédérale utilisent le Modèle), qui est une pratique prometteuse. Bon nombre d’entre eux ont fait part de leurs expériences avec le Modèle à leurs partenaires; ceci a suscité un intérêt accru à l’égard du Modèle et a contribué à améliorer la culture en milieu de travail.
  • Partagez les pratiques prometteuses sur les questions de santé mentale : Dans une région, les représentants de divers ministères du gouvernement fédéral ont créé des partenariats afin de partager les pratiques prometteuses et d’élaborer une stratégie régionale en matière de santé mentale.
  • Affichez une demande sur votre site Web : Une association américaine a affiché une demande sur son site Web dans laquelle elle invitait les autres associations partenaires à présenter leurs stratégies gagnantes en matière d’équité et de diversité.

Outils et liens utiles

Commission canadienne des droits de la personne

Responsabiltés sociale des entreprises

Conseil ethnoculturel du Canada

Énoncé de politique et lignes directrices en matière de participation du public – Ministère de la Justice du Canada

Le mérite – atteindre la représentativité – Commission de la fonction publique du Canada
 
Services de qualité-Guide VIII-Analyses comparatives et meilleures pratiques - Secrétariat du Conseil du Trésor (Archivé)

Guide du partenariat - Service Canada

Documents de référence

Loi canadienne sur les droits de la personne, L.R.C. 1985, chap. H 6
http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/h-6/TexteComplet.html

Loi sur l’équité en matière d’emploi, L.C. 1995, chap. 44
http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/E-5.401/TexteComplet.html

F. Frank et A. Smith (pour Ressources humaines et Développement des compétences Canada), Guide du partenariat, ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, 2000, p. 5

Les dimensions de la diversité dans les entreprises canadiennes

Rentabilisation de la diversité ethnoculturelle, Christine L. Taylor, rapport du Groupe de recherche en ressources humaines du Conference Board du Canada.

« Knowledge sharing: moving away from the obsession with best practices », PH Christensen, Journal of Knowledge Management, 2007, emeraldinsight.com, site en anglais seulement consulté le 20 février 2013

 1 Les membres des groupes défavorisés pourraient inclure un membre d’un groupe visé par les motifs de distinction illicite de la Loi canadienne sur les droits de la personne.  
 2 Ce point résume certains critères de sélection d’une « meilleure pratique » énoncés dans le Guide pour la validation et la mise en commun d’une « meilleure pratique » dans les programmes de santé (Organisation mondiale de la santé, Bureau régional de l’Afrique, 2008, p. 4) 
3 « Knowledge sharing: moving away from the obsession with best practices », PH Christensen, Journal of Knowledge Management, 2007, emeraldinsight.com, site consulté le 20 février 2013.

Date modified: