Fiche d’information #29a) Participation à un réseau des droits de la personne

Niveau 4

Élément : Renforcement des capacités et des ressources

Résultat 29: L’organisation dispose de la capacité et desressources adéquates pour atteindre les résultats de niveau 4 de chaque élément.

Indicateur 29a) : L’organisation a créé un réseau externe de communautés axées sur les droits de la personne, ou fait partie d’un tel réseau.

Mesures possibles et sources de données :

  • Nombre d’inscriptions et d’adhésions à des associations, à des réseaux,à  des réseaux sociaux, à des conférences, collèges, des universités, des organisations non gouvernementales (ONGs), etc.

Description de l’indicateur

À cette étape-ci, l’organisation prêche par l’exemple en ce qui concerne le respect des droits de la personne. Cette fondation aide l’organisation à établir des liens avec d’autres organisations partageant des intérêts semblables. À cette fin, elle crée des réseaux ou fait partie de réseaux axés sur la promotion des droits de la personne. Elle utilise le réseautage comme moyen d’échanger des idées, de repérer les occasions, de mettre en commun de l’information, d’être au courant des nouvelles tendances et des approches novatrices.  

Au niveau 3, le plan d’entreprise intègre les droits de la personne dans tous les processus organisationnels. Les efforts de renforcement des capacités permettent d’accroître les interventions, et ce, avec du personnel plus spécialisé. Au niveau 4, l’organisation fait du réseautage avec d’autres organisations ou groupes qui ont les mêmes intérêts ou sont spécialisés dans le traitement de certaines questions. Ensemble, elles partagent connaissances, savoir faire et outils pour régler les questions émergentes liées aux droits de la personne comme les défis associés à la diversité intergénérationnelle, à la discrimination génétique, au vieillissement de la main d’œuvre, à la condition sociale ou à toute autre question émergente (voir fiche d’information 29c)).  

Par exemple, une organisation préoccupée par le maintien en poste des nouveaux employés pendant que les employés âgés s’apprêtent à prendre leur retraite pourrait décider de créer des liens avec une organisation qui a déjà effectué des recherches ou produit des guides sur les difficultés que pose la diversité intergénérationnelle dans un milieu de travail.

Approche suggérée

Faire du réseautage avec la communauté externe de droits de la personne permet à votre organisation d’être à jour sur les enjeux liés aux droits de la personne avec un minimum d’investissement en temps et en ressources. Le réseautage efficace exige une certaine planification. Envisagez ce qui suit :

  • Évaluez vos pratiques actuelles sur le plan du réseautage officiel et informel et repérez les occasions de discuter des droits de la personne.
  • Assurez-vous d’avoir la compétence organisationnelle pour faire du réseautage : 
    • Avez-vous une politique qui vous empêche d’en faire?
    • Votre culture d’entreprise gêne-t-elle vos efforts?
    • Par exemple, pour votre organisation, la protection de la vie privée est-elle une valeur fondamentale?
    • Le personnel est-il habilité à faire du réseautage?
    • Travaillez-vous en vase clos, de sorte qu’il est difficile pour une personne de faire du réseautage pour toute l’organisation?
  • N’attendez pas qu’il y ait un besoin ou un problème à régler avant de faire du réseautage. Démarrez un réseau et lorsque vous en aurez besoin, il sera là. Être à l’origine d’un réseau pourra faire de votre organisation un membre apprécié de ce réseau!
  • Adhérez à des groupes existants de leaders du secteur privé ou public qui partagent votre intérêt à promouvoir et à renforcer les droits de la personne. Le Equal Employment Advisory Council (EEAC), la Communauté des minorités visibles de la fonction publique fédérale ou le Réseau des champions de droits de la personne sont des exemples de tels groupes.
  • Constituez un réseau avec des organisations sans but lucratif : En plus de défendre les droits de la personne, ces organisations agissent aussi souvent comme des centres d’information. Elles mènent des recherches sur les questions liées aux droits de la personne et conçoivent des outils éducatifs pour les employeurs, les fournisseurs de services et la société en général.
  • Collaborez avec le milieu universitaire : Dans la plupart des universités canadiennes, plusieurs facultés et départements réalisent des projets sur les questions liées aux droits de la personne. La collaboration à ces projets de recherche universitaires donnera à l’organisation accès à de l’information à jour, tout en contribuant au développement des connaissances et des compétences de l’équipe.

Pratiques prometteuses

  • Communauté de pratique : Une organisation a établi une communauté de pratique pour favoriser la collaboration et l’apprentissage collectif parmi les membres de son secteur industriel au sujet des questions relatives aux droits de la personne. Ce réseau a créé un programme de reconnaissance pour soutenir la participation des membres et démontrer les avantages pratiques de leur contribution.
  • Engagement conjoint : Plusieurs organisations ont pris un engagement conjoint pour soutenir une organisation sans but lucratif qui fait la promotion des droits de la personne. Les organismes partenaires aident l’organisation sans but lucratif à faire entendre ses préoccupations et à soutenir ses projets de recherche. En retour, l’organisation sans but lucratif leur offre des conseils relatifs à la gestion des questions relatives aux droits de la personne.

Outils et liens utiles

International Partnership for Human Rights (IPHR) (Disponible en anglais seulement)

Transfert et échange efficaces de connaissances - Imagine Canada

Les universités canadiennes présentent les avantages des partenariats avec le secteur privé - Association des universités et collèges du Canada (AUCC)

Date modified: